Comité scientifique

 

Jacques Beauchemin
Jacques Beauchemin est professeur au département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal. Il se spécialise en sociologie politique et en sociologie de la société québécoise. Ses travaux sur le Québec l’ont d’abord porté vers l’analyse du Québec des années quarante et cinquante.
Au sujet de cette période, il a publié, en collaboration avec Gilles Bourque et Jules Duchastel, La société libérale duplessiste. Depuis quelques années, ses travaux ont porté sur les transformations de la question nationale québécoise à la lumière de la recomposition de la communauté politique désormais caractérisée par son pluralisme. Il interroge ainsi la question de la mémoire et de l’appartenance dans les sociétés ouvertes et plurinationales. Auteur de très nombreux articles sur la question du Québec, il a fait paraître, en 2002 chez VLB éditeur, un ouvrage intitulé L’histoire en trop. La mauvaise conscience des souverainistes québécois. Il a fait paraître en 2004 La société des identités. Éthique et politique dans le monde contemporain, chez Athéna, ouvrage réédité en 2007 dans une version revue et augmentée. Son dernier livre, intitulé La Souveraineté en héritage, est paru chez Boréal en 2015.
(Suite)
Louise Beaudoin
Historienne de formation, Louise Beaudoin assume présentement la présidence du Conseil d'administration du Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI). Elle a été directrice de cabinet du ministre des Affaires intergouvernementales du Québec et déléguée générale du Québec à Paris.
Députée du Parti Québécois dans la circonscription de Chambly de 1994 à 2003, elle a assumé, pendant ces deux mandats, la responsabilité de plusieurs ministères : Affaires intergouvernementales canadiennes, Culture et Communications, Charte de la langue française, Relations internationales et Francophonie. Par la suite, elle a été membre associée au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM) et coordonnatrice de son Réseau Francophonie. Elle a collaboré à plusieurs ouvrages, dont L’Histoire des relations internationales du Québec et a codirigé un collectif intitulé Pourquoi la Francophonie? Elle est aussi l’auteure de Plaidoyer pour la diversité linguistique. Elle a été députée de Rosemont de 2008 à 2012.
(Suite)
Yves Bergeron
Yves Bergeron est professeur de muséologie à l’Université du Québec à Montréal et directeur de l’Institut du patrimoine. Il a œuvré à titre de conservateur à Parcs Canada et au Musée de l’Amérique française puis directeur du Service de la recherche et de l’évaluation au Musée de la civilisation.
Ses travaux portent notamment sur l’histoire de la muséologie, les pratiques culturelles, le patrimoine culturel immatériel (PCI) et les mythes de la muséologie nord-américaine. Il a réalisé l’évaluation des institutions muséales pour l’Observatoire de la Culture et des Communications du Québec (OCCQ) de 2005 à 2010. Depuis 2005, il codirige avec Laurier Turgeon, titulaire de la chaire du Canada en patrimoine ethnologique à l’Université Laval, le projet d’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française. Il a notamment contribué au Dictionnaire encyclopédique de muséologie publié en 2011 chez Armand-Colin avec le soutien du Conseil international des musées (ICOM) sous la direction d’André Desvallées et de François Mairesse.
(Suite)
Mathieu Bock-Côté
Directeur de recherche à l’Institut de recherche sur le Québec et chroniqueur au Journal de Montréal et collaborateur au Figaro Vox, Mathieu Bock-Côté est sociologue (Ph.D.). Il a enseigné dans de nombreuses universités depuis 2008 et est actuellement chargé de cours à HEC Montréal.
Il a collaboré à plusieurs revues parmi lesquelles Recherches sociographiques, le Bulletin d’histoire politique, Argument, L’Action nationale, Commentaire, Le Débat et Causeur. Il est l'auteur de nombreux ouvrages, notamment Le multiculturalisme comme religion politique (Le Cerf, 2016), Exercices politiques (VLB, 2013), Fin de cycle : aux origines du malaise politique québécois (Boréal, 2012) et La dénationalisation tranquille : mémoire, identité et multiculturalisme dans le Québec post-référendaire (Boréal, 2007). Il anime aussi l’émission La vie des idées à Radio VM, consacrée à l’examen des grandes controverses intellectuelles et politiques de notre temps.
(Suite)
Marc Chevrier
Après une carrière dans la fonction publique québécoise, Marc Chevrier est devenu en 2002 professeur au département de science politique de l’Université du Québec à Montréal, où il enseigne les régimes et les idées politiques.
Ses travaux ont traité du fédéralisme comparé, des politiques linguistiques au Québec et au Canada, de l’analyse politique du droit, ainsi que de la théorie et de la pratique de la démocratie. Outre les ouvrages qu’il a dirigés ou codirigés en France et au Québec, il a publié chez Boréal Le Temps de l’Homme fini (2005) et La République québécoise (2012), qui s’est mérité le prix Richard Arès pour le meilleur essai québécois de l’année. L’auteur publie régulièrement des essais et des articles dans l’encyclopédie en ligne de L’Agora (agora.qc.ca).
(Suite)
Charles-Philippe Courtois
Charles-Philippe Courtois est professeur adjoint d’histoire au Collège militaire royal de Saint-Jean. Il a complété un doctorat en histoire à l’Institut d’études politiques de Paris (2007) et à l’Université du Québec à Montréal (2008) ainsi qu’un stage postdoctoral.
Sa thèse portait sur les mouvements intellectuels québécois de l’entre-deux guerres: l’Action française, La Relève et La Nation. Son champ de spécialité est l’histoire intellectuelle du Québec, depuis le régime français. Il s’intéresse également à l’historiographie québécoise et aux débats la concernant. Il est notamment l’auteur de La Conquête. Une anthologie (Montréal, Typo, 2009) et a codirigé plusieurs ouvrages collectifs, dont La culture des Patriotes, avec Julie Guyot (Septentrion, 2012) ainsi que, avec Denis Monière et Robert Comeau, l’Histoire intellectuelle de l’indépendantisme québécois, en deux volumes (VLB, 2010-2012). Il prépare actuellement une biographie de Lionel Groulx.
(Suite)
Marcel Fournier
Historien, auteur, conférencier et généalogiste émérite, il s’intéresse à l’histoire depuis 1970 et plus particulièrement à l’origine de nos ancêtres. Il est l’auteur d’une trentaine de publications et de 95 articles en histoire et en généalogie publiés dans différentes revues du Québec et de la France.
Marcel Fournier a été président de la Société généalogique canadienne-française de 1999 à 2006. De 2006 à 2009, il a dirigé le Projet Montcalm sur les soldats de la guerre de Sept Ans en Nouvelle-France, publication honorée par le prix Robert-Prévost en 2011. De 1998 à 2015, il a été le coordonnateur du Fichier Origine. Entre 2011 et 2014, il a collaboré aux séries télévisées Le Québec une histoire de famille et à Qui êtes-vous? Récipiendaire de plusieurs prix et distinctions dont le prix Archange-Godbout, il a été élu membre titulaire de l'Académie internationale de Généalogie à San Marino, en juin 2001. Depuis 2005, il préside le comité de commémoration de la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs. Marcel Fournier a reçu les insignes d’officier de l'Ordre des Arts et des Lettres de la République française le 10 juin 2010. Le 17 février 2012, il a reçu le Prix des Dix.
(Suite)
Robert Laplante
Robert Laplante est directeur général de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC). Il y a publié de nombreux travaux scientifiques, en particulier dans le domaine de l’économie politique de l’exploitation forestière et dans celui de la reconversion écologique de l’économie.
Depuis plus de trente ans, il collabore à la revue L’Action nationale et a occupé diverses fonctions au sein de la Ligue d’Action nationale. Il dirige la revue depuis 1999, année où il a succédé à Rosaire Morin. Sous sa direction, de nombreux projets ont vu le jour. Parmi ceux-là, il faut souligner la relance de L’Action nationale éditeur où il a publié Chronique de l’enfermement: écrits sur la minorisation du Québec (2004) et Ce qui cherche à naître (2012). Également, en 2007, il a lancé le magazine Les Cahiers de lecture de L’Action nationale, un périodique consacré exclusivement à la recension des essais québécois, qu’il dirige avec ferveur et enthousiasme.
(Suite)
Raymond Montpetit
Muséologue, historien d'art et de la culture, professeur titulaire puis professeur émérite (depuis 2014) au département d’histoire de l’art à l’UQAM, directeur fondateur de la Maîtrise en muséologie de l’UQAM, Raymond Montpetit possède une expertise reconnue en muséologie et patrimoine (conservation, interprétation, exposition, évaluation) et une très bonne connaissance des enjeux muséaux sur la scène internationale.
Il a œuvré, depuis plus de trente ans à la conception, la recherche et la réalisation de nombreux projets de musées et d’expositions, mettant en valeur des collections variées (en histoire, en archéologie, en histoire de l’art, en ethnologie, en architecture). Il a publié de nombreux articles ici et à l’étranger. En 2009, il a reçu le « Prix carrière » de la SMQ pour sa contribution exceptionnelle au développement de la muséologie au Québec. En 2016, ICOM Canda lui attribua son « Prix d’excellence » pour « sa contribution remarquable au développement et au rayonnement de la muséologie canadienne sur la scène internationale ».
(Suite)