Facebook Twitter More...

Bilan de la 68e édition du jour du Drapeau

Bilan Jour du Drapeau - Facebook
 
Le 21 janvier dernier, notre drapeau célébrait son 68e anniversaire. Comme par les années passées, nos Sociétés membres ont travaillé d’arrache-pied pour offrir plus de 120 activités soulignant d’une façon ou d’une autre cette journée mémorielle. De ce nombre, une soixantaine d’écoles primaires et secondaires ont répondu présent à l’appel lancé par nos membres. De plus, quelques municipalités ont tenu une cérémonie protocolaire, dont Trois-Rivières, Saint-Léonard-d’Aston, Saint-Étienne-des-Grès, Sainte-Julie, ainsi que Sherbrooke, entre autres.
 
Au chapitre des communications, durant les jours précédents le 21 janvier, le MNQ a mené une campagne de promotion de la programmation des activités organisées dans toutes les régions du Québec, de même que notre trousse pédagogique sur les réseaux sociaux. Également, une lettre signée de notre présidente Martine Desjardins, de notre ancien président Gilles Laporte et de l’historien Charles-Philippe Courtois, rappelant l’importance de se doter d’une politique de commémorations pour éviter l’improvisation dans ce dossier et annonçant nos états généraux, a été publiée dans les pages du journal Le Devoir.
 
Pour faire de cette journée commémorative un succès, nous avons pu compter sur l’appui de prestigieux partenaires. D’abord, Québecor nous a offert pour une deuxième année consécutive une pleine page de publicité dans le Journal de Montréal, le Journal de Québec et le 24H, ce qui nous a permis de publier un texte éducatif sur les origines et l’adoption de notre drapeau. De son côté, la Fondation Lionel-Groulx a fait la promotion de nos évènements par le biais de ses outils de communications. Et finalement, nous avons été très heureux que la Fédération des municipalités du Québec (FQM) transmette à ses 18 500 membres un message les avisant du jour du Drapeau. Évidemment, nous ne pouvons passer sous silence l’absence totale d’implication de la part de l’État québécois à souligner comme il se doit le jour du Drapeau. Ce problème ne date pas d’hier, mais chaque année, nous constatons à regret que cette journée est véritablement le parent pauvre des commémorations. Il nous apparaît anormal qu’il soit uniquement du ressort de la société civile de rappeler cet événement marquant. D’ailleurs, pour inciter le gouvernement à prendre ses responsabilités en matière de commémorations nationales et historiques, le MNQ tiendra à l’automne prochain d’importants états généraux sur le sujet où il compte réunir ses acteurs incontournables. Nous espérons ainsi qu’un véritable protocole sera établi pour encadrer les commémorations structurantes pour les Québécois. C’est un dossier à suivre!