L’époque des Patriotes

À la veille des Rébellions des Patriotes, le brillant journaliste Ludger Duvernay fonde le 24 juin 1834 la première Société Saint-Jean Baptiste. Elle a pour but de réunir des gens autour d’un même idéal, celui de promouvoir la solidarité du peuple du Bas-Canada face aux revendications démocratiques formulées par l’Assemblée législative contre le pouvoir colonial britannique. Visionnaire et sympathisant à la cause des Canadiens français, Duvernay pose ainsi les bases de ce qui deviendra ultérieurement la Fédération des Sociétés Saint-Jean Baptiste. Dans un même élan visionnaire, le directeur du journal La Minerve décide, de concert avec ses acolytes, de faire du 24 juin la Fête nationale des Canadiens français. Ces célébrations nationales se répandent rapidement dans tout le pays. Malheureusement, l’écrasement des Rébellions par l’armée anglaise viendra mettre un terme à ces manifestations pendant plusieurs années.

 

Après les événements de 1837-1838, les Canadiens français doivent s’unir pour éviter l’assimilation. En 1840, l’Acte d’union est proclamé. Les députés du Haut-Canada et du Bas-Canada sont désormais réunis au sein du même parlement où les francophones sont en minorité. L’anglais est proclamé seule langue officielle et l’usage du français est proscrit dans les institutions gouvernementales. Dans les années qui suivent, l’immigration britannique s’intensifie dans le but avoué d’assimiler les Canadiens français. Inutile de dire que dans ce contexte, les Sociétés Saint-Jean Baptiste se multiplient à travers la province. Associations philanthropiques dont la devise commune est « nos institutions, notre langue et nos lois », elles ont pour objectif de créer des liens avec tous les Canadiens français. Dans leurs paroisses, leurs villes et leurs villages, les francophones de l’époque trouvent en leur Société Saint-Jean Baptiste un lieu de diffusion et d’affirmation de leur langue et de leur culture. C’est l’époque des grands rassemblements. Les représentants de diverses Sociétés se rencontrent pour faire le point, évaluer la situation et discuter des moyens à prendre pour défendre les intérêts nationaux des Canadiens français.